Souvenirs du petit grenier

Aujourd’hui, c’est le dimanche du souvenir des déportés. Que dire de plus, sinon qu’il y avait aussi les enfants cachés, ceux qui ne pouvaient dire leur nom s’ils allaient à l’école, où si on les interrogeait dans la rue. Mon arrière-petit-fils, lui, interpellé par un soldat, qui lui demandait où il était né (il ne pouvait dire à Mulhouse, cela aurait révélé qu’il avait fui), répondit : « je ne me souviens pas, j’étais trop petit ».
Comme le dit Anne Sylvestre, il ne se trompait pas.

Merci à elle
Capture d’écran 2013-04-28 à 20.53.50

Publicités
Cet article a été publié dans Déportation. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s