11 novembre : armistice, invasion, résistance

Dans la forêt de Compiègne, au pied du wagon-salon du train de Foch où vient d’être signé l’armistice.

Ah! le 11 novembre ! en voilà encore un événement qui marque notre histoire.
Je n’ai pas connu celui de 1918 qui faisait revenir l’Alsace et la Lorraine à la France : je suis morte 4 ans plus tôt.

Un armistice à 5h du matin, la fin des combats à 11heures, les cloches sonnent dans toute la France. Problème : cet armistice n’est pas suivi d’une véritable capitulation. Depuis deux jours, la République de Weimar a été proclamée, le Reich renversé. La fin de 4 ans d’une guerre « boucherie » qui aurait dû être la Der des Der. Elle a fait plus de 18 millions de morts.

Un armistice qui sera suivi d’un traité de Versailles considéré par beaucoup d’Allemands comme une humiliation dans la défaite. Et qui aura un rôle dans le succès du nazisme.

Comme le 9 novembre, Hitler et les nationalistes vont essayer d’en prendre la revanche. Ainsi, lors de l’invasion nazie en 1940, cette date reste très symbolique. C’est de ce 11 novembre là que je vais parler : le 11 novembre 1942.

En effet, depuis mai 1940, la France est « coupée en 2 ». Une zone occupée, une zone dite « libre », sous administration directe – mais collaborante- du régime de Vichy.

Mais les Alliés préparent un débarquement par le sud, et Hitler décide d’occuper la France entière : À 5 h 25, il ordonne à ses troupes de traverser la France pour occuper la côte de la Méditerranée et participer avec les Italiens à la « protection » de la Corse. À 7 h Radio Paris diffuse « un message du Führer au peuple Français » :« […] L’Armée allemande ne vient pas en ennemie du peuple français, ni en ennemie de ses soldats. Elle n’a qu’un but : repousser avec ses alliés, toute tentative de débarquement anglo-américain. Avec l’Armée française ils entreprendront la défense des frontières françaises contre les attaques ennemis.

C’est le moment où un nouveau découpage du territoire assure quelques mois de relative sécurité à ma famille, réfugiée à Grenoble, celui où est créée une zone italienne. Les Italiens occupent Nice depuis ce 11 novembre 1942 (voir photo pour la carte des zones). Cette occupation durera jusqu’à l’armistice italien, le 8 septembre 1943 : https://melaniereh.wordpress.com/2012/09/08/8-septembre-1943-larmistice-italien/

Alors, il n’y a pas de 11 novembre je crois dans mon arbre, mais cette date est tout de même très importante pour nous, juifs d’Alsace, perpétuellement ballotés entre France et Allemagne, entre citoyenneté et exclusion, autour de cette date où certains voient fierté ou humiliation nationale. Pour le fantôme que je suis, elle est surtout absurdité de « l’occupation » d’être humains par d’autres êtres humains, absurdité pourtant si répandue, mais aussi acte de résistance.

Car le 11 novembre, a aussi été une date où la résistance s’ est manifestée, toujours : dès le début de la seconde guerre mondiale, le 11 novembre 1940, des étudiants défilent place de l’Etoile. Le 11 novembre 1943, les maquis de l’Ain et et du Haut-Jura défilent à Oyonnax pour signifier la détermination de la résistance française.

Publicités
Cet article, publié dans histoire, Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s