8 septembre 1943 : l’armistice italien

Voici un événement dont on ne parle guère : l’armistice italien. Le 8 septembre 1943, l’Italie se rend aux Alliés, et devient donc ennemie de l’Allemagne nazie.
Mussolini a été mis en minorité fin juillet, ouvrant la voie à cet armistice.

« Ici, le général Eisenhower.
Le gouvernement italien s’est rendu sans condition aux Alliés.
Les hostilités entre les forces armées des Nations Unies
et celles de l’Italie cessent à cet instant. Tous les Italiens
qui nous aideront à chasser l’agresseur allemand du sol italien
auront l’assistance et l’appui des nations alliées. »

Une bonne nouvelle qui aura des conséquences mal connues sur le territoire français. On sait que la France était divisée en zones jusqu’au 11 novembre 1942 où l’armée nazie envahissait la zone dite « libre », on sait moins qu’à la suite de cela, Grenoble s’est retrouvée ainsi que l’Isère en zone italienne. Or la zone italienne, était pour les juives et les juifs, relativement protégée, même par rapport à la période d’avant novembre 1942 où elle était en zone libre

C’est dans cette zone que mon fils Benoît, ma nièce Mathilde sa femme, mes petit-fils et arrière-petit-fils, Robert et Daniel, ainsi que sa juste née petite soeur Anny, se sont réfugiés depuis plus de deux ans. Or donc, les nazis envahissent la zone, et s’installent à Grenoble, la Kommandantur à quelques pas de chez eux.

Commence alors une période dramatique : « L’arrivée en septembre 1943 des Allemands en remplacement des Italiens va ouvrir une véritable période d’occupation et une période de double persécution, d’autant que l’administration française continuera à appliquer la législation antisémite jusqu’à la Libération ».

Car en même temps qu’elle est occupée, la zone est aussi un haut lieu de la résistance, et de la résistance juive en particulier. Le maquis du Vercors est juste à côté.

Le 11 novembre 1943, a lieu une manifestation qui est réprimée, menant 400 personnes à la déportation.

Fin décembre 1943, puis en février 1944, ont lieu deux grosses rafles.
Suite au débarquement en Provence, les Allemands abandonneront la zone fin août 1944.

Pendant ce temps donc, ma famille a tenté de fuir, se réfugiant à Tullins, où des justes, les Carré, les ont secouru. Mais le 9 décembre 1943, Benoît et Coralie sont retournés (ou y étaient-ils restés, difficile de se souvenir) à l’appartement de l’avenue d’Alsace-Lorraine, et, probablement dénoncés, ont été arrêtés.

Il faut alors fuir, de toute urgence. Les Carré les aident à enterrer leurs papiers d’identité dans la chape de béton de leur garage à Tullins, et c’est le départ vers Romans.
Là, ils sont accueillis par Mme Chapel, femme d’un homme connu à Romans pour faits de résistance, qui avait dit à mon petit-fils Robert : « si un jour vous êtes dans le malheur, venez ». Elle ne les connaissait pas, elle leur a ouvert sa porte.

Grâce à elle, grâce aux justes, brille encore une petite lumière d’humanité dans ce monde.Qu’elle et ils en soient remercié-e-s.

En ce jour, que cette petite lumière brille, aussi, en mémoire de tous les enfants martyrisés, de toutes celles, et de tous ceux qu’il nous faut encore et toujours retirer à l’oppresseur, de toutes celles, et de tous ceux dont il nous faut écrire la mémoire.

Melanie

Publicités
Cet article, publié dans crimes contre l'humanité, justes, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour 8 septembre 1943 : l’armistice italien

  1. JEA dit :

    Voici un événement que l’on n’évoquera guère en France. Hier 9 septembre 2012, le Premier MInistre belge a reconnu la « trop grande docilité » de la Belgique dans la persécution des juifs du Royaume…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s