11 juillet, le drame de Srebrenica

Aujourd’hui je réapparais après presque trois mois de silence.

Aujourd’hui, c’est la Saint-Benoît, date qui me fait penser à mon fils, et à son destin. Né alors que j’étais domestique à Sierentz le 8 janvier 1868, mort à Auschwitz, gazé avec sa fille Coralie le 20/21 décembre 1943.

Et comme si elles s’acharnaient sur nous, sans entrer même dans la psychogénéalogie, on dirait que toutes les dates qui nous concernent sont là pour nous pousser à maintenir le souvenir.

Je vous disais le 6 avril que la date de ma mort, en 1914, faisait tristement écho à celle du génocide rwandais en 1998. Je ne savais pas encore que le 9 avril 1998, mort de Nelly Schumacher, la femme de mon petit-fils Robert, était aussi celle d’Andrea Dworkin 7 ans plus tard (9 avril 2005), grande dame du féminisme radical, première à entrevoir la réalité du crime contre l’humanité à l’encontre des femmes comme je vous le disais dans ce précédent billet : https://melaniereh.wordpress.com/2012/04/01/the-unremembered-celles-dont-on-ne-se-souvient-pas/

Et donc, l’éternel recommencement du génocide et du crime contre l’humanité est aussi dans ce 11 juillet, Saint-Benoît, et 17ème anniversaire de la chute de Srebrenica aux mains des Serbes de Bosnie (l’horrible général Mladic qui est en procès actuellement), qui entraîna le massacre de milliers d’hommes et garçons musulmans et les viols de masse de milliers de femmes. Chaque année depuis, des corps sont retrouvés, et cette année encore est un nouveau moment d’enterrements et de mémoire.

Ce 11 juillet a été l’occasion pour le rabbin Arthur Schneier de New York, survivant de la Shoah, de dire ces paroles que je rejoins tout à fait : « En fin de compte on paie très cher le prix du silence. Le silence n’est pas la réponse, il faut se lever face à l’injustice. Quand vous vous retrouvez en face de l’inhumanité de l’homme vous ne pouvez pas fermer les yeux, vous devez entendre le cri des opprimés »
mais bien sûr, je rajouterai, pour qu’enfin les femmes ne soient plus invisibles, jusque dans les crimes contre l’humanité qu’elles subissent : Vous devez entendre le cri des opprimées, toutes les femmes qui à travers l’histoire, des sorcières en passant par les prostituées sacrifiées aux « besoins sexuels » des hommes, les filles non-nées ou étranglées à la naissance dans tous les pays du monde et en Asie particulièrement, toutes les femmes victimes de mutilations génitales ou d’excision mentale, toutes les femmes victimes de viol, arme de guerre en temps de guerre et en temps de paix…

Et pour l’entendre, vous pouvez aussi écouter les chansons choisies par Sandrine sur A dire d’elles : http://sandrine70.wordpress.com/2012/07/11/combattantes-resistantes-chantantes-le-cri-des-opprimees/

Melanie

Publicités
Cet article, publié dans crimes contre l'humanité, Déportation, histoire, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour 11 juillet, le drame de Srebrenica

  1. Alexandra K. dit :

    Chère Mélanie,
    comment vous remercier pour la mémoire que vous portez, comme un coeur, à ciel ouvert.

    In memoriam, Mélanie, Ana, Andrea,
    Nous payons cher ce qui n’a pas de prix :
    Nos vies par erreur, nos cris sous silence,
    le murmure de nos peurs et nos rages.
    Le silence n’est pas une réponse
    C’est le bruit des corps et des nuits qui tombent,
    L’injustice pour suaire. Et l’Homme
    profane l’humanité qu’il séquestre.
    Son crime tire un trait sur nos mémoires
    et nos horizons comme le chemin
    court, les yeux fermés, d’ici à sa perte.

    Nous résonnons du cri des opprimées :
    Si nous passons en silence entre vos crimes,
    C’est pour qu’enfin vous les entendiez.

  2. JEA dit :

    16 juillet 1942 – 2012…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s