Le 13 décembre 1943, ils arrivaient au camp de Drancy


Malaise. Aujourd’hui, j’ai décidé d’aller Cité de la Muette, à Drancy. Là où environ 100.000 juifs, des étrangers et des tsiganes ont été emprisonnés avant d’être déportés, la plupart à Auschwitz. Seuls 1.518 sont revenus vivants.

Là, dans ce camp où l’Etat français et l’Etat nazi collaborant ont scellé le sort de milliers d’être humains, il y a un memorial. Regardez les photos que mon arrière-arrière-petite-fille a prise pour moi aujourd’hui.

Mais il y a aussi et toujours, ces grands immeubles, cette cité de la Muette, immuable, où des gens vivent, doivent vivre. Comment est-ce possible, de conserver le souvenir de ce qui s’est passé ici, et de laisser les gens à vivre au milieu de ces fantômes ? Comment ne pas sentir, pas à pas, mur après mur, marche après marche, le souvenir de ce qui s’est passé ici ? Et d’y vivre, dans ces conditions ? Atmosphère glaçante. Je ne pourrais pas. Ni ma descendante, qui autrement que pour venir ici, ne veut pas mettre les pieds à Drancy.

En cette année 2011, quand on pénètre dans ces allées, sales, ventées, inondées, délabrées, on se dit qu’on pourrait être en ce 13 décembre 1943 où mon fils Benoît et ma petite-fille Coralie ont été amenés, quatre jours après leur arrestation à Grenoble. Sur leur fiche d’entrée, deux informations. Ils étaient allée B. Et une lettre, signifiant : déportables immédiatement.

De fait, ils sont amenés là alors qu’un convoi, le n°63, est prêt à partir le 17. 4 jours plus tard. Ils n’auront que le temps d’entendre des bruits sur le sort qui les attend, et de tenter de prévenir la famille « de ne pas se faire prendre ». Ils sont destinés à Pitchipoï, comme Auschwitz était le plus souvent désigné ici au camp – car personne ne connaissait la vraie destination. Eux, diront au « pays des mirabelles », dans cette seule missive reçue de leur part.

De là, donc, ils allaient partir 4 jours plus tard, en passant par la gare de Bobigny, « gare de la déportation », empruntant ces rails qui allaient les mener directement à la mort.

Malaise. Et silence.

Advertisements
Cet article, publié dans Déportation, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Le 13 décembre 1943, ils arrivaient au camp de Drancy

  1. Ping : Melanie et le blog de mes ancêtres « A dire d'elles

  2. JEA dit :

    Pour la Belgique et la zone du nord de la France rattachée au haut commandement militaire de Bruxelles : un unique samellager, celui de la Kazerne Dossin à Mechelen (Malines). De là, les convois pour Auschwitz.
    Plus de 25.000 déportés dont un peu plus de 200 tziganes.
    Aujourd’hui cette caserne a été récupérée aux 8/10 par des promoteurs immobiliers. On y vit dans des appartements coquets.
    Voici moins de deux semaines, je suis encore entré en conflit avec celles et ceux qui prétendent que l’oubli doit passer. Que ces lieux ont droit à la banalisation.
    Comme souligné dans les mots de Mélanie, le plus insupportable pour les rescapé(e)s, ce sont les enfants. Parfois sans parents ni même adultes référents. Raflés, puis enfermés là avant les trois jours de train vers la mort. Le judéocide n’est pas une abstraction. Ce ne sont pas seulement des listes, des chiffres. Il y a aussi des bébés, des gosses et des ados, des couples, des isolés, des vieillards, tous ces porteurs d’une étoile jaune et dont les cendres semblent si peu compter devant les négateurs, devant les retours des xénophobies.

  3. Ping : 8 janvier : aux sources d’un lourd secret | Les mots de Melanie

  4. sandrine70 dit :

    A reblogué ceci sur A dire d'elles and commented:

    L’an dernier, Melanie et moi allions là où, 68 ans plus tôt…

  5. Ping : 8 janvier : aux sources d’un lourd secret | Les mots de Melanie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s