11 décembre 2011, la saint-Daniel

Il y a des choses que même les fantômes ne peuvent tout à fait expliciter. Pourquoi je parle de la Saint-Daniel aujourd’hui, alors que bien sûr, le messie n’est pas encore venu et que c’est une fête de gentils…Et pourtant c’est une date importante, et l’occasion de vous parler de Daniel.

Daniel, c’était mon beau-frère, mari de ma soeur Caroline. Je suis née Melanie Reh, il est né Daniel Reh. Sans lien de parenté. (NDM : j’écrivais ceci, mais entretemps, grâce à Daniel, mon arrière-petit-fils, nous nous sommes rappelés que Daniel était en fait le fils du cousin de notre père…)

A Reichshoffen, nous habitions à deux rues d’écart, nous dans la rue Principale, lui dans la rue des Juifs. Et forcément, nous retrouvions à la synagogue, très très souvent. Nous avons passé notre enfance ensemble. Daniel, il a épousé ma soeur Coralie Reh (Karoline pour l’état civil), le 21 avril 1869.

A ce moment-là, j’habitais avec Benoît Reh, mon fils, âgé de seulement 15 mois, chez la veuve Gintzburger à Sierentz, cette petite ville tout à fait au sud de l’Alsace, où il y avait alors une communauté juive de 260 âmes. j’étais loin des miens, il allait bientôt y avoir la « boucherie de 1870 ». Le fils de ma maîtresse, Joseph Gintzburger, allait être promu sergent dans l’armée cette année là.

Mais pour revenir à Daniel et Coralie : il a donc épousé l’aînée des deux soeurs qu’il côtoyait depuis toujours. C’était comme ça, dans la famille, c’est l’aînée qui devait se marier en premier. Elle avait 5 ans de plus que moi.
Ils ont eu plusieurs enfants : Mathilde, ma nièce, qui épouserait plus tard mon fils, Benoît. Palmyre, Joseph, Fanny et Sylvain, qui a pris le bateau pour l’Amérique et est arrivé avec tant d’autres à Ellis Island. Je vous raconterai plus tard l’histoire de son voyage avec sa femme Lilian sur le Leviathan, parti de Cherbourg et arrivé à New York le 10 novembre 1924.

Toujours est-il que Daniel le commerçant, fils de Simon et Rebecca,  était une figure de la communauté. C’est lui qui était témoin pour tous les mariages, naissances, actes de décès. Il était partout.

C’est lui qui a donné son nom à mon arrière-petit-fils, plutôt que Rodolphe, officiellement parce que ses parents trouvaient que Rodolphe n’était pas un très joli prénom…

Daniel est mort en 1920 à Strasbourg, 23 ans après sa femme,  6 ans après moi, et un an après Rodolphe. Avec lui, s’est éteint le secret de famille si bien gardé. Peut-être un jour je vous le révèlerai, mais je ne suis pas sûre que vous me croirez…

Advertisements
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour 11 décembre 2011, la saint-Daniel

  1. danygold dit :

    En ce qui concerne l’arrivée de Sylvain Reh aux Etats Unis : c’était le 14 janvier 1911 , il avait vingt ans et il y arrivait seul et non avec Lilian dont il fit connaissance là bas. Le 10 novembre 1924 il revenait d’un voyage en Europe avec sa femme américaine. Ceci au moins n’est pas un secret de famille ! Quand à l’ordre des prénoms de l’arrière petit fils de ta trisaïeule (ouf!), peut être relève-t-il d’un secret de famille mais moins lointain que celui que tu imagines.

  2. Ping : 11 décembre : dépasser la peur et flatter la lumière | Les mots de Melanie

  3. Ping : 11 décembre : dépasser la peur et attiser la lumière | Les mots de Melanie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s