Je suis née il y a 163… ans

Aujourd’hui, si j’étais toujours en vie, j’aurais 163 ans.

Je suis née Melanie Reh, le 21 janvier 1848 enfin je ne me souviens plus très bien, à Reichshoffen, petite ville d’Alsace connue à votre époque pour sa chanson « la bataille de Reichshoffen », qui date de la guerre de 1870. Cette ville frontalière a en effet été le théatre le 6 août de cette année là d’une bataille historique de cuirassiers : une boucherie comme les autres.

La chanson est restée dans la famille pendant 4 générations. Mon arrière petit-fils, Daniel -je reviendrai sur son nom, la chantait encore dans le couloir à ses enfants.

Synagogue de Reichshoffen

Je suis donc née au milieu du XIXème siècle. Ma mère avait 26 ans, elle s’appelait Fanny. Mon père, c’était Leopold. J’étais leur troisième enfant. Avant moi, Edouard, né en 1846, et Karoline, mais nous l’appelions Coralie, l’aînée, née en 1844. Je suis venue au monde dans la rue Principale, à deux pas de la rue des Juifs. Les juifs n’avaient pas droit de cité partout, surtout pas dans les grandes villes. Mais ici, nous avions notre quartier, et nous vivions comme nous pouvions. Nos pères étaient maquignons, vendeurs de bêtes. Nos mères s’occupaient de tout le travail domestique… Nous vivions à deux pas de la synagogue. Aujourd’hui, il n’y a plus un seul juif à Reichshoffen. Au début du XXème siècle, mon beau-frère Daniel Reh, c’était le chef de famille, a déménagé à Strasbourg. Il y est mort en 1920.

De mon côté, j’ai quitté Reichshoffen, j’avais à peine 17 ans. On m’a envoyé travailler comme domestique à Sierentz, tout à fait de l’autre côté de l’Alsace, dans le haut-Rhin, au sud de Mulhouse. Il fallait travailler, chez une riche veuve, Madame Gintzburger.

Synagogue de Sierentz

C’est là qu’est né mon fils, Benedikt Reh -Benoît, le 8 janvier 1868, dans la maison de cette dame. Enfant béni, je n’avais pas 20 ans, je n’étais pas mariée, j’étais loin des miens…la vie n’était pas tous les jours facile. Domestique avec un enfant naturel, c’était courant à l’époque. Qui était le père ? J’y reviendrai. Mais déjà, en ce mois de décembre, je veux vous raconter l’histoire de mes descendants, ceux-là qui portent en eux ma mémoire…

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s